Jusqu’à ce que la maladie mentale nous sépare

Jurisprudence ecclésiastique, dissolution de mariage et troubles psychiatriques

Etude de document. Centre canonique d’Arras. (1980). Recueil canonique d’Arras. 1978-1980 (Officialité du Diocèse d’Arras, Vol. 4‑5).

Ce billet est le récit de la découverte hasardeuse d’un document surprenant et de son interprétation.

Continuer la lecture de Jusqu’à ce que la maladie mentale nous sépare

Un développement personnel sociologique ?

Prolongements empiriques appuyés sur le commentaire de Gérard Mauger, « Une thérapie sociologique ? : “Devenir quelque chose comme un sujet” », Savoir/Agir, vol. N°49, no 3, 2019, p. 105

En 2019, Gerard Mauger publie un texte succinct qui lui permet de discuter de la portée thérapeutique de la socioanalyse. Ici, la pratique de l’auto-analyse ne vise pas à renforcer la scientificité d’une enquête par l’étude du rapport subjectif que l’on entretient avec son objet, les outils sont sensiblement les mêmes, mais l’usage est différent : le but est de se comprendre soi-même, sa trajectoire, ses manières d’agir, ses gouts, pour mieux vivre sa propre existence, voire la reformer.

Continuer la lecture de Un développement personnel sociologique ?

Retour sur Le Retour du monde magique

Entretien avec Fanny Charrasse à propos de son livre Le Retour du monde magique. Magnétisme et paradoxes de la modernité (La Découverte, 2023)

Ce billet est le premier du genre pour notre carnet. Il prend la forme d’un entretien écrit réalisé avec la sociologue Fanny Charrasse, actuellement post-doctorante au CASPER (UCLouvain) au sein du projet ERC Coaching Rituals de Nicolas Marquis. Pour cet entretien, nous avons profité de la sortie récente de son ouvrage tiré de sa thèse pour l’interroger à la fois sur le processus de (ré)écriture (de la thèse vers le livre) ainsi que sur les principaux résultats et engagements théoriques qu’elle y défend. Même si son travail n’a pas vraiment porté explicitement sur la santé mentale jusqu’à présent, il nous a quand même semblé intéressant de discuter cet ouvrage dans le cadre de ce carnet, ne serait-ce que pour donner à voir la façon dont elle a construit et restitué les résultats de son enquête.

On remercie une nouvelle fois Fanny pour son implication dans la réalisation de cet entretien et pour la richesse de sa contribution, et on vous souhaite une bonne lecture !

Continuer la lecture de Retour sur Le Retour du monde magique

Le sociologue et le HPI : une polémique à haut potentiel ?

Retour (sociologique) sur une polémique suscitée par une interview de Wilfried Lignier dans L’ADN

Le 23 mai 2022, le serveur hébergeant le site de la revue L’ADN plante. La raison : la publication, dans la rubrique « Nouveaux usages », d’une interview du sociologue Wilfried Lignier par la journaliste Laure Coromines, au titre un brin provocateur : « Non, votre enfant n’est pas HPI, vous êtes juste riches. » Fait rare, l’article fait le “buzz”, et suscite assez rapidement de vives réactions, visibles notamment dans la section « Commentaires » en-dessous de l’article (177 commentaires !), habituellement bien plus vide. La plupart de ces commentaires, très critiques à l’endroit de l’article et du sociologue, conduit la revue à publier un deuxième article, le 28 septembre 2022 (« Enfants HPI, un diagnostic qui fait (toujours) débat ») en offrant à Wilfried Lignier la possibilité de répondre aux 7 principales critiques identifiées dans la section « commentaires » du premier article.

Cette polémique (l’article, la section « Commentaires » et l’article « Réponse ») me semble intéressante à analyser d’un point de vue sociologique, et ce à différents niveaux. En lien avec les préoccupations de ce carnet, elle permet d’abord de revenir sur la thèse importante qu’a soutenu Wilfried Lignier dans l’ouvrage issu de son doctorat consacré aux enfants surdoués (2012). Dans le même temps, elle illustre les différentes modalités de diffusion, de traduction et de vulgarisation des travaux des sciences sociales par des intermédiaires culturels (en l’occurrence la revue L’ADN), nécessairement situés, et les conséquences de cette intermédiation sur la réception qui en est faite.  Par la diversité et la virulence des réactions que l’article a suscitées, elle questionne enfin la position et la valeur différentielle du discours sociologique par rapport à la fois à d’autres discours circulant dans l’espace public (le discours psychologique par exemple), mais aussi et surtout par rapport aux discours que les individus ont sur leur propre expérience (et à la valeur épistémique qu’ils lui attribuent).

Comment analyser les critiques émises à l’encontre de cet article ? Témoigneraient-elles d’une simple mauvaise compréhension de l’enquête du sociologue ? Illustrent-elles la difficulté ou le refus de l’objectivation, typique dans la réception de ce genre d’enquête ? Ou est-ce l’enquête elle-même qui dispose de points aveugles ?  L’objet de ce billet ne consistera pas nécessairement à trancher entre ces différentes possibilités. A travers ce cas, il s’agira davantage de montrer que l’analyse sociologique de ce qu’on appelle ici les catégories de santé mentale se situe à la croisée de multiples enjeux (sociaux, politiques), qui en l’occurrence ne se réduisent peut-être pas seulement à la question de la reproduction des inégalités scolaires et sociales.

Continuer la lecture de Le sociologue et le HPI : une polémique à haut potentiel ?

Qui sont les ancêtres du psychopathe ? Lexicométrie et analyse de réseaux pour l’histoire des idées scientifiques

Ce texte propose un retour sur une enquête historique achevée qui a pour but de présenter et discuter l’appareil méthodologique utilisé. Ce travail d’archive a avant tout eu pour but de procéder à une vérification des récits historiques contemporains que les disciplines cliniques et criminologiques font de la « psychopathie » (et de ses-dits ancêtres) dans leurs publications. Pour ce faire, il a fallu s’éloigner des écueils téléologiques et positivistes que ce type de narrations proposent habituellement, afin de mener une histoire configurationnelle de l’entreprise nosographique de la médecine mentale depuis l’aube du XIXe siècle.

Continuer la lecture de Qui sont les ancêtres du psychopathe ? Lexicométrie et analyse de réseaux pour l’histoire des idées scientifiques

Que peut la sociologie face aux vampires ?

A propos d’Arnaud Esquerre, Ainsi se meuvent les vampires. Essai sur la variation du sens (Fayard, 2022).

L’objet de ce billet est de revenir sur la publication récente de l’ouvrage d’Arnaud Esquerre, Ainsi se meuvent les vampires. Essai sur la variation du sens (Fayard, 2022) en le discutant à la lumière des problématiques qui animent ce carnet. Plus qu’une recension, ce billet correspond davantage à une note de recherche incluant diverses réflexions issues de ma lecture de cet ouvrage, et d’autres textes publiés par Arnaud Esquerre, en particulier sa thèse, La Manipulation mentale. Sociologie des sectes en France (Fayard, 2009) et Prédire. L’astrologie au XXIème siècle en France (Fayard, 2013). Même si le lien avec les catégories de santé mentale semble a priori assez ténu, j’essaierai de montrer qu’il n’en est rien et que les réflexions qu’il mène depuis La Manipulation mentale, notamment sur le langage, sont particulièrement intéressantes pour éclairer sociologiquement ce type d’objets sémantiques spécifiques que sont les catégories, les diagnostics, les étiquettes, etc. Plus précisément, j’essaierai d’abord de restituer les principaux résultats de son enquête sur les vampires en les articulant à la démarche méthodologique et théorique choisie et développée à la fin de l’ouvrage (dans la conclusion, l’addenda sur « le sens exclu » et la note méthodologique). Puis je m’arrêterai sur une catégorie de santé mentale contemporaine étrangement absente de l’ouvrage, le « vampire psychique », afin de discuter et de mettre à l’épreuve la proposition d’Arnaud Esquerre.

Continuer la lecture de Que peut la sociologie face aux vampires ?

Chicago à l’école de la délinquance : entre travail social, sociologie et psychiatrie

A la suite de notre premier billet interrogant les dynamiques se nouant entre histoire de la sociologie et catégories de santé mentale, je propose de réitérer l’exercice via d’autres “pères fondateurs”, ladite Première Ecole de Chicago, et d’autres catégories : la folie morale, la dégénérescence, le criminel-né et la psychopathie.

Ce texte propose avant tout une déambulation historique dans la ville de Chicago et ses enjeux sociaux au tournant du XXe siècle. En cours de route, cette incursion me permettra également d’aborder certains des enjeux que ce carnet se donne pour but d’étudier. Pour commencer, et de façon analogue à la relation qu’Emile Durkheim entretient avec les savoirs aliénistes, nous soulignerons l’ambiguïté des liaisons entre psychiatrie et sociologie naissante à Chicago. Nous reviendrons ainsi sur le rôle qu’attribuent certains psychiatres aux facteurs sociaux et, en chiasme, sur la façon dont les sociologues reprennent à leur compte des schèmes médicaux. Ce faisant, ce texte vise également à moduler les récits hagiographiques qui peuvent parfois accompagner l’évocation des sociologues pioniers de la Première Ecole de Chicago et montrer à quel point ceux-ci sont tributaires des travailleuses sociales, des psychiatres et des institutions qu’elles et ils ont participé à façonner. Le billet est organisé en série chronologique au cours de laquelle se succèdent différents portraits d’individus, de lieux et d’enquêtes, d’abord liés au travail social, puis à la psychiatrie et pour finir à la sociologie.

Continuer la lecture de Chicago à l’école de la délinquance : entre travail social, sociologie et psychiatrie

Saviez-vous qu’Émile Durkheim était hypersensible ?


Quoi de mieux, pour un billet inaugural d’un carnet consacré à l’étude des catégories de santé mentale du point de vue des sciences sociales, qu’un texte prenant pour objet un des « pères fondateurs » de notre discipline ? Qui plus est un texte visant à interroger les relations qu’entretint le sociologue français lui-même avec les catégories de santé mentale de son temps ? Et qui en retour interroge le sens et l’usage de nos propres catégories contemporaines ? Voilà, en gros, le programme de ce billet. A travers lui, l’enjeu consistera également à présenter à la fois les axes de recherche qui animeront ce carnet ainsi que les méthodes et références qui seront amenées à être mobilisées. Pour finir, des questionnements seront laissés ouverts : n’oublions pas que ce carnet est un carnet Hypothèses, dont l’objectif est aussi et avant tout de créer un espace pour ouvrir des pistes d’enquête et dans lequel on y vient non pas tant pour chercher des réponses que pour y trouver des questions.

Continuer la lecture de Saviez-vous qu’Émile Durkheim était hypersensible ?
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search